LIEUX DE CULTE
Saint-Simon
Saint-Pierre-aux-Liens
Saint-Paul
Saint-Joachim
 
Sainte-Anne-du-Bocage
 

     

 

SAINTE-ANNE-DU-BOCAGE, CARAQUET, NOUVEAU-BRUNSWICK

 

 

 

 

 

 

 

[Voir l'horaire de la Neuvaine]

  

La tradition orale nous dit que la chapelle aurait été dédiée à Sainte-Anne lors d'un naufrage survenu à Caraquet le 22 juillet 1857, au cours duquel cinquante-six personnes périrent.  On raconte que les survivants se rendirent à pied, du quai de Caraquet à la chapelle, pour remercier Sainte-Anne de sa protection.

Le premier pèlerinage d'envergure eut lieu lors de la fête de Sainte-Anne, le 26 juillet 1880.  Depuis, à chaque année, des milliers de pélerins assistent avec une dévotion exemplaire, à une neuvaine préparatoire à la fête.

        

De nos jours, le sanctuaire Sainte-Anne continue d'offrir, à des milliers de catholiques, la possibilité de se recueillir lors d'une neuvaine préparatoire à la fête de Sainte-Anne, du 17 au 26 juillet.

Le sanctuaire est également le lieu où est célébrée une messe solennelle chaque année, le 15 août, pour marquer la fête de Notre-Dame-de-l'Assomption, patronne des Acadiens.

Plus qu'un endroit pour approfondir sa foi, le sanctuaire Sainte-Anne est un monument à l'attachement des Acadiens envers leur religion et une preuve tangible de la détermination des gens à conserver ce splendide patrimoine, reflet de notre foi et de notre histoire.

 

 

 

  
  

Surplombant les rives de la baie de Caraquet, le sanctuaire de Sainte-Anne-du-Bocage a donné son nom à cette magnifique partie de la ville de Caraquet, berceau de l'une des plus anciennes paroisses catholiques des Provinces maritimes.  Pour le simple promeneur du dimanche, pour le touriste en visite, pour l'amateur d'histoire ou tout simplement pour celui ou celle qui veut se recueillir sous la protection de Sainte-Anne, le sanctuaire vous attend pour vous raconter son histoire.

C'est sur le site même de ce sanctuaire, il y a de cela plus de deux cents ans que commence la véritable installation des premiers colons acadiens dans la région.  En 1757, quatre familles de réfugiés acadiens débarquent sur les rives de la baie de Caraquet.  À ce premier groupe viendront se joindre d'autres acadiens, d'anciens militaires et des pêcheurs normands et bretons, si bien que très vite, Caraquet sera la plus importante communauté francophone au Nouveau-Brunswick et deviendra le point central de l'effort missionnaire aux Provinces maritimes.

 

En août 1791, Alexis Landry offre à la paroisse un morceau de terre pour la construction d'une église sur le site de la chapelle.  Cette église ainsi qu'un presbytère furent construits entre 1792 et 1794. En 1818, une nouvelle église est érigée, mais dans un endroit plus central soit, sur le site de l'actuelle église de la paroisse de Caraquet.  L'ancienne église de Sainte-Anne-du-Bocage sera donc remplacée par une petite chapelle construite entre 1832 et 1836.  Cette même chapelle existe toujours et sert depuis lors, à des cérémonies de toutes sortes.

  

On retrouve aussi sur le site le cimetière où sont enterrés les fondateurs de Caraquet.  Ce cimetière peut être considéré comme l'un des plus anciens encore existants et datant d'après la déportation.  Quoiqu'il ne subsiste que quelques pierres tombales, on pense qu'environ 200 personnes furent enterrées dans ce cimetière.

On retrouve dans le cimetière un monument dont la sculpture principale représente Alexis Landry ondoyant son petit-fils.  À l'époque, les visites des pères missionnaires en provenance de Québec étaient très espacées:  le service des sacrements était donc assuré par les anciens de la communauté.  Ce monument vient rappeler ces réalités d'une époque différente.

Quelques stèles ont aussi été érigées dans le cimetière par des associations de famille de la région pour commémorer le travail et le courage de leurs ancêtres.  On y retrouve, entre autres, celles des familles Dugas, Lanteigne, Godin, Blanchard et Légère.

La commission des Lieux et Monuments du Canada a aussi érigé sur le site un monument célébrant le retour des Acadiens en cette nouvelle terre acadienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'aspect actuel de la chapelle est le fruit de plusieurs travaux d'amélioration.  L'extérieur du bâtiment fut remis à neuf en 1904.  Quelques années plus tard, on installa les fenêtres cintrées de style gothique.

Le sanctuaire extérieur rattaché à l'arrière de la chapelle fut construit en 1909 et fut complètement rénové et agrandi en 1999.

  

 

 

 

  

De nombreuses améliorations furent aussi apportées sur le site.

Mentionnons d'abord la bénédiction de la source et son escalier en 1914.

En 1951, on procéda à la construction, d'un chemin de croix dans le bocage; en 1952, on érigea un monument en l'honneur de la patronne des Acadiens, Notre Dame de l'Assomption et en 1954, lors de l'année mariale on termina le chemin de croix, avec la construction des quinze mystères du Rosaire.

 

 

  

 

 

 

 

 

  
 

Tout droit réservé au site "L'UNITÉ PASTORALE SAINT-JEAN-EUDES"  © 2012